Le français et ses réformes

[Par Sebylib]

Le français !

Et si nous simplifions le français ? En effet, plusieurs questions existentielles demeurent : pourquoi le mot « cour » est plus long que le mot « long » ? Ou pourquoi le mot « dyslexique » est-il si dur à écrire ? L’heure de la réforme a sonné… !!!

Tout d’abord, nous pourrions supprimer toutes les lettres doublées : letres doublés sont pour beaucoup d’entre eles des letres dont on pourait assez souvent se passer !

Il conviendrait ensuite de s’atarder sur toutes les letres muetes : ainsi nou diminurion la longueur des mo et gagnerion quand même énormémen de tem…

L’étap suivant serai de suprimer tou les son omophone : du kou, les omofone kom “seau, seaux, sot, sots, saut, sauts, sceau, sceaux” ki avant s’ékrivait ainsi, dorénavant s’ékrirai tous SO ! Les sons “é, ée, ées, è, ê, ë, aie, aie, aies, ais, ait, aient, ez, et, est, hai, haie, haies, hais, hait, he, eh” deviendrai É é seré tous retranskri de maniér identik. 

Pui labitud de biun, prononcé lé diférant variant viundré avék ke tan. Alor chakun métré de lo dan son vun é dé mo konpliké kom “diarrhées”, “doigts” (relativman ilojik) parétré plu klér : diaré, doua. Il se liré avéc plus dézans !

Mé nou pourion osi fér lunvérs é konpliké le fransé. Par éksanpl :
– R sékriré RRH kom dan “arrhes” ;
– S sékriré SÇ kom dan “acquiesça” ;
– E sékriré OEUDS kom dan “noeuds” ;
– É sékriré ÉES kom dan “liées” ;
– I sékriré ILLES kom dan “filles” ;
– O sékriré EAUX kom dan “châteaux” ;
– OU sékriré HOUES kom dan “houes” ;
– AN sékriré AMPS kom dan “champs”.

La fraz suivant : “En grandissant, j’ai moi aussi préféré choisir la sagesse pour ne jamais échouer !” an vérsion simplifié doneré : “An grandisan jé moa osi préféré choizir la sajés pour ne jamé échoué ! ” é deviundré en version alonjé : “Amps grrhampsdillessçamps, j’ées mhouesa eauxsçilles prrhéesféesrrhées chhouesazillesrrh la sçagéessçoeuds phouesrrh noeuds jamées éeschhouesées ! “

Loeuds phrampssçées ées parrhfhouesa pluteaux dillesfillessçillesloeuds… mé il pe ézéman êtr simplifié…

…. Cependant, ne devrions-nous pas le laisser tel qu’il est ?