« La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse ! » Albert Einstein

Rosa Parks est un collège identifié REP (Réseau d’Education Prioritaire) situé dans le quartier de Villejean à Rennes. Depuis la fusion des collèges de Malifeu et de Montbarrot, il y a 5 ans, les classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème sont réparties sur les deux sites et les équipes pédagogiques font la navette d’un pôle à l’autre. Le public du collège, essentiellement populaire et issu de l’immigration, fait vivre une mixité culturelle favorable à tous, qui renforce la curiosité, le respect de l’autre et l’acculturation. Mais depuis deux ans, le climat se détériore peu à peu à Villejean en raison de changements urbains (développement du quartier de Beauregard, plus attractif) et du départ de familles, remplacées par des collocations étudiantes peu impliquées dans la vie du quartier. Le lien social se délite peu à peu et cela se ressent jusque dans le collège, par une déperdition d’énergie et d’implication scolaire.

Recapter cette énergie est désormais crucial afin de dynamiser le quartier et garantir l’égalité des chances à des élèves qui perdent foi dans la réussite scolaire et dans l’école de la République. Le lien s’est rompu entre élèves et professeurs, reflet de la coupure entre le quartier et les institutions. Au quotidien, de nombreux élèves apparaissent démotivés, désinvestis dans leurs apprentissages. Pour certains, cet abandon, qui se manifeste par un refus de travailler, est un symptôme du manque d’intérêt pour leurs études. On parle alors de décrochage scolaire. Ce phénomène semble aller en s’aggravant durant la scolarité au collège.

Rétablir une dynamique constructive et lutter contre la désertion sociale passe par la promotion de projets innovants, en rapport avec la problématique spécifique de l’établissement. Cet enjeu est à l’origine d’une volonté d’adaptation et de réorganisation des pratiques pédagogiques en classe. Il s’agit donc de trouver le moyen de réinvestir les élèves dans leurs études, de les rendre à nouveau acteurs de leurs apprentissages en redonnant crédit à la réussite scolaire et professionnelle partiellement occultée par l’attrait des commerces clandestins et illégaux.