Il y a 115 ans, la laïcité

laicité
laicité
[Par Leila Knioui et Guillaume Bellan]

1(15) an(s) déjà : quelques mots de laïcité

Je viens du grec qui veut dire « peuple », je plonge mes racines dans les guerres de religion et j’ai comme précurseur Montaigne et certains penseurs des Lumières. Ma définition apparaît dans l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1789. Je donne lieu à loi Jules Ferry sur l’école gratuite et obligatoire et je fête mes 115 ans cette année, au mois de décembre…

Je suis ? Je suis ? LAÏCITÉ !!

Voilà une notion qui, pour moi, collégienne, me semblait un peu complexe. J’ai donc décidé d’en parler avec un sociologue, afin d’en tirer l’essentiel.

La conception de la laïcité connaît des variations à travers le monde, en Allemagne, aux États-Unis, en Israël, en Turquie, en France. D’ailleurs, rien qu’en France, le sociologue Jean Baubérot relève sept familles. Elle a pourtant une définition juridique : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » (Art. 1 de la Loi de 1905). Émile Poulat, le sociologue de la laïcité, la considère comme la liberté de conscience de tous sans exception, tant que cela ne remet pas en cause l’ordre public.

Avec mes mots, cela voudrait dire « Croire ou ne pas croire en ce que je veux, tant que cela ne dérange pas les autres. » Chacun peut croire, penser ce qu’il veut. C’est une chance, une liberté pour vivre en paix. Mais il est parfois difficile de savoir ce qui peut déranger les autres, et parfois trop aisé de vouloir restreindre leur liberté, afin que cela ne nous dérange plus. Il faut donc un juste milieu pour protéger ce bien précieux. Et pour définir ce juste milieu, des élus ont la charge de comprendre la société, de réfléchir, et de voter des lois.

Alors comme dans toutes les décisions que nous prenons en groupe, certaines personnes ne sont pas forcément d’accord. Cela est dommageable. Ensemble, à notre échelle, essayons nous aussi de réfléchir, et de voir ce que nous pouvons faire pour protéger ce bien précieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *