L’ascenseur social

Au Fil de la Plume
Au Fil de la Plume
[Par Julie Berthé]

L'ascenseur social !

Constatant que l’ascenseur de leur immeuble sent l’urine, deux habitants, Ferdinand et Hugo, décident de prendre l’escalier…

Y’en a marre ! C’est toujours la même chose avec ceux-là…

Avec qui ?

Avec ces jeunes qui traînent toute la journée dans la cage d’escalier, à rien faire de leur vie !

Pourquoi vous pensez que c’est eux ?

Ca peut être qu’eux ! Qui veux-tu que ce soit d’autre ?

C’est peut-être le chien de la voisine du 3è ?

Impossible, elle ne se permettrait pas ça, elle !

Bah, alors c’est peut-être l’alcoolique du 5è ?

Impossible aussi ! Il est à l’hôpital. Les pompiers sont venus le chercher hier soir. Coma éthylique…

Euh…

De toute façon, ces jeunes-là, on les connaît bien ! Ils fument, ils dégueulassent tout, ils cassent tout, ils font du bordel jusqu’à tard dans la nuit….

En même temps, si c’est vraiment eux, vous voulez qu’ils aillent où ? Le foyer pour les jeunes a fermé. Y’a pas de travail pour eux. La dame de la mission locale n’a pas encore été remplacée…

Oui, mais à mon époque, on n’avait pas toutes les possibilités que vous avez maintenant ! Nous, on allait le chercher le travail ! Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, à pieds et tous les jours à 5 heures du matin…

Bon… Vous arrivez à votre étage, je vous laisse !

Insolent va ! Il ose me contredire. Mais quel culot ! J’aurais dit ça à mon père, je me serais pris une volante !

Entrant chez lui, Ferdinand croise son épouse, seau et serpillère à la main, désolée que son fils de 4 ans n’ait pas réussi à se retenir d’uriner dans l’ascenseur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *