N°16 : En démocratie, la loi, c’est moi !

Couverture En démocratie la loi c'est moi
Couverture En démocratie la loi c'est moi


N°17 : En démocratie, la loi, c'est moi !

Chers lecteurs,

« En démocratie, la loi, c’est moi ! », Affirmation qui interroge…

L’Assemblée nationale fonctionne parfois comme une cour d’école. Vous en voulez la preuve ? cherchez sur internet « clash Assemblée nationale » Vous verrez alors apparaître une suite invraisemblable de vidéos sur YouTube ou de BFMTV aux noms évocateurs de « énorme clash », « incroyable colère », « gros coups de gueule » et autre « échanges musclés ». Faire les lois de l’Etat serait-il devenu un sport viril où celui qui l’emporte serait celui qui crie le plus fort ? 

Ce qui est sûr, c’est que dans cet hémicycle sacré de la République, les débats tournent progressivement au match de boxe verbale. Les députés censés nous représenter et défendre nos intérêts semblent parfois glisser dans leurs comportements quand la course au pouvoir, pour obtenir une place d’élu, les a rendus agressifs et dépendants de leur image médiatique. Résultat, ils passent du temps à s’opposer les uns aux autres et à soigner leur avatar médiatique sur les réseaux sociaux au lieu de s’unir, de représenter collectivement la nation et de construire ensemble les lois de la République.

Cela pose une question : débattre est-ce combattre ? Argumenter, est-ce expliquer, démontrer ? Ou est-ce tenter de détruire, d’annihiler la réputation de son adversaire par des mots ? Notre époque valorise trop le culte du gagnant, alors que dans un débat constructif, comme en classe par exemple, celui qui exclut l’autre est l’authentique perdant. Car l’intérêt du groupe est de s’enrichir de la diversité de tous ses membres. 

La reconnaissance des élus devrait s’obtenir parce qu’ils sont parvenus à élaborer un choix consensuel, non parce qu’on a publié sur YouTube le best-of de leurs punchlines et de leurs répliques cultes, car les lois sont importantes, concrètes, rationnelles, elles parlent davantage de la vie des gens que les luttes verbales entre édiles de la nation. Gagnant, perdant, règles du jeu, ne sont pas les mots d’une vraie discussion sous le signe de l’apaisement des conflits. Car sans éthique et morale, le débat n’est que de la rhétorique, guère plus qu’une technique oratoire. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *