N°18 : Partage

couverture partage
couverture partage


N°18 : Le partage

Chers lecteurs

Le partage, ce n’est ni analyser, ni conseiller, ni tenter de résoudre un problème. Le partage, c’est être là, présent avec d’autres personnes, leur parler et les écouter. La plupart des gens aujourd’hui ne cherchent plus à créer des liens ou même à découvrir. Ils veulent tout connaître directement sans fonder leurs opinions par l’observation. Pourtant, aller à la découverte des autres est un moyen de créer des liens.

Certes, les personnes n’ont pas la même langue pour se parler. Mais tout le monde comprend le langage corporel, même si le langage des signes est difficile à maîtriser. Car il peut varier selon les endroits. Les gestes sont plus faciles à comprendre. En effet, les choses basiques (manger, dormir, rire) se font de la même façon dans tous les pays. C’est difficile de décrire quelqu’un si on ne connaît pas la langue. 

Malgré cela, en partageant une communication gestuelle, on peut expliquer mille choses sur une personne. Ainsi, décrire quelqu’un que l’on connaît est très facile. On sait alors quoi dire pour définir sa manière d’être, ses attitudes, et cela dépasse bien souvent les mots. En plus des gestes, entre Grecs, Roumains et Français, pour nous comprendre plus facilement, nous avons parlé un peu globish. C’est-à-dire un mélange de mots et expressions communs à toutes les langues. Il permet une communication simple dans beaucoup de pays du monde. Pas besoin de longues phrases pour se faire comprendre en demandant où sont les toilettes !

L’Union européenne (UE) n’a pas toujours été aussi grande qu’aujourd’hui. En 1951, les pays fondateurs étaient la Belgique, la France, la RFA, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. L’UE compte actuellement 27 États membres et chacun a ses propres coutumes et traditions. Au sein de l’UE, nous partageons des décisions économiques et politiques pour maintenir la paix et favoriser le progrès collectif.

Cependant, l’utilisation d’une monnaie commune, bien que pratique pour le tourisme, handicape certains pays en termes de stabilité des prix : pour des Français, il est avantageux d’acheter en Grèce ou en Roumanie, l’inverse n’est pas vrai. Alors la monnaie unique est-elle vraiment un partage ? Hélas, la crise économique en Grèce a montré que l’UE n’est pas toujours assez solidaire dans le partage des difficultés. Sans doute parce que toute notre éducation est fondée sur les notions de possession et de compétition. Ce que l’on possède nous donne un avantage sur l’autre, lui en faire profiter, c’est perdre cet avantage. C’est cette peur de perdre qui bloque le partage. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *